Conseils pour prendre l’avion en étant plus respectueux de l'environnement - Flightright FR

Trustpilot 4.8/5 basé sur 3,022 avis

Conseils pour prendre l’avion en étant plus respectueux de l’environnement

Vérifiez votre demande d'indemnisation en ligne en seulement 2 minutes

Air passenger rights expert

Approuvé par Oskar de Felice

Expert en droits des passagers aériens

Un taux de succès de 99%
Présents sur le marché depuis 2010
Sans risque

L’avion est sans doute l’une des plus grandes inventions de l’humanité. En effet, ce moyen de transport nous permet de parcourir de longues distances en très peu de temps. Il y a quelques décennies, le voyage à travers les grands océans de la planète n’était possible que par bateau. Il fallait parfois voyager pendant des semaines avant d’arriver à destination. Mais aussi confortable et rapide que soit l’avion, il a aussi ses inconvénients. En effet, il est considéré comme très polluant. En moyenne, un avion de ligne consomme environ quatre litres de kérosène par passager pour une distance de 100 km.

Sur les vols long-courriers, cela peut entraîner une énorme empreinte carbone. Pourtant, certaines personnes ne peuvent pas renoncer à l’avion, le plus souvent pour des raisons professionnelles. Si l’on souhaite néanmoins atténuer son empreinte écologique, il est aujourd’hui possible de prendre des vols de manière un peu plus durable. Cela se fait généralement en compensant la pollution générée. Voyons aujourd’hui quelles sont les possibilités qui s’offrent à nous.

Quel est l’impact des avions sur l’environnement ?

Le trafic aérien s’est considérablement accru au cours des dernières décennies. Le nombre de vols de passagers qui sillonnent quotidiennement les airs montre clairement que les voyages en avion sont de plus en plus avantageux. Bien entendu, les voyageurs préfèrent prendre un billet d’avion lorsqu’ils doivent parcourir une longue distance. Après tout, cela permet d’économiser de précieuses heures que l’on préférerait passer sur le lieu de vacances. Mais à quel point le fait de prendre l’avion est-il mauvais pour l’environnement ? Comme souvent, un coup d’œil sur les statistiques permet de répondre à cette question. Selon les experts, le trafic aérien touristique serait à l’origine d’environ cinq pour cent de la pollution mondiale par le CO₂. À première vue, cela peut paraître peu. 

Mais il faut y regarder de plus près. À l’échelle mondiale, prendre l’avion reste un moyen de transport de luxe que tous les habitants de la planète ne peuvent pas se permettre. Seuls 11 % environ de la population mondiale ont le privilège de voyager en avion chaque année. Par conséquent, si tout le monde prenait l’avion au moins une fois par an, la pollution par les gaz à effet de serre pourrait être multipliée par dix. De même, il faut faire la différence entre les passagers. En effet, les passagers de première classe et de classe affaires occupent plus d’espace dans l’avion et ont donc un impact plus important sur l’environnement.

Vous êtes bloqué à l’aéroport en raison d’un retard de vol ? Votre vol a été annulé ou vous avez été retiré de la liste des passagers ?

Dans chacune des situations décrites ci-dessus, vous avez droit à une indemnisation en tant que passager aérien. Demandez à Flightright de défendre vos droits :

Nous faisons valoir votre indemnisation !
Avec nous, vous pouvez vérifier gratuitement vos droits en deux minutes seulement.

Vous êtes également concerné par un surbooking, un retard de vol ou une correspondance manquée ? Vérifier le vol maintenant. Simple ✔ rapide ✔ & sans risque ✔

L’avion est-il plus écologique que la voiture ?

Mais la mauvaise réputation de l’avion est-elle vraiment justifiée ? Les grands voyageurs sont-ils de tels pollueurs ? Nous avons regardé de plus près et avons voulu comparer l’avion à la voiture. Quel moyen de transport est le plus nuisible pour l’environnement ? C’est ce que l’Agence fédérale allemande pour l’environnement a examiné de près. Les experts se sont penchés sur un vol type entre l’Allemagne et les Maldives. Selon les calculs, un passager moyen génère la coquette somme de cinq tonnes de CO₂ sur un vol de 16 000 km. Pour établir une comparaison, les experts ont comparé combien de kilomètres seraient possibles avec cinq tonnes de CO₂ émises par une voiture moyenne équipée d’un moteur à combustion. Le résultat est stupéfiant et montre clairement que l’avion est bien plus nocif qu’une voiture. 

Ainsi, il est possible de parcourir près de 25.000 km avec une voiture pour un impact environnemental identique. L’association à but non lucratif Germanwatch a souligné ce fait en menant sa propre enquête. Les experts ont ainsi précisé qu’un vol moyen-courrier aller-retour vers Ténériffe équivaut à un an de conduite automobile. On ne peut même pas faire de comparaison avec les voitures électriques. Si elles sont alimentées par de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables, elles n’ont aucun impact sur l’environnement, du moins lorsqu’elles sont en service. Pourtant, pour beaucoup, il n’y a pas d’alternative à l’utilisation de l’avion comme moyen de transport. Dans ce contexte, il convient de chercher des moyens de rendre le vol plus écologique et durable.

Peut-on voler en respectant l’environnement?

Bien entendu, le plus simple serait de se donner pour mission de ne plus jamais prendre l’avion. Mais qui le voudrait ? Nous avons tous en nous un certain esprit de découverte, avide d’explorer chaque recoin de la planète, aussi petit soit-il. En fin de compte, les voyages servent aussi à l’entente entre les peuples. En effet, lorsqu’on voyage dans des régions éloignées du globe, on ne part pas uniquement à la rencontre de magnifiques endroits et paysages. Voyager nous permet également de découvrir d’autres cultures. La question de savoir comment rendre les voyages en avion plus durables est donc primordiale. Pour cela, nous avons réuni quelques conseils qui montrent clairement que l’on peut prendre l’avion sans avoir mauvaise conscience.

Comment puis-je prendre l’avion avec une faible empreinte carbone ?

En respectant quelques règles de base, vous pouvez vous aussi faire en sorte que votre voyage en avion ne soit pas trop impactant pour les générations futures. 

  • La classe économique

Ceux qui ont déjà effectué un vol long-courrier en classe économique savent que plus la durée du voyage augmente, plus cela peut devenir une épreuve de patience pour le corps et l’esprit. L’espace limité pour les jambes fait que beaucoup comptent littéralement les minutes avant l’atterrissage. Beaucoup préfèrent donc opter pour une place en classe affaires ou même en première classe. Dans ce cas, pour le bien de l’environnement, il est préférable de privilégier la classe économique. La raison en est évidente. Étant donné qu’un siège en classe affaires occupe à peu près autant de place que deux sièges en classe économique, les émissions de CO₂ que vous rejetez, du moins indirectement, dans l’environnement lors d’un vol augmentent naturellement aussi. En première classe, ce facteur est même de trois. 

  • Compensation du CO₂

Peu importe que ce soit en classe économique, en classe affaires ou en première classe. Pour l’environnement, cela a tout de même un impact sur l’environnement. Mais il est possible de le compenser. Il existe aujourd’hui plusieurs organismes qui se sont donnés pour mission de compenser l’impact des vols aériens. Bien sûr, cela ne permet pas de réduire immédiatement l’empreinte écologique. Néanmoins, on peut se donner bonne conscience en faisant quelque chose de bien pour l’environnement. Des fournisseurs comme « myclimate » permettent par exemple de soutenir financièrement de précieux projets de protection de l’environnement. Ainsi, les kilomètres parcourus en avion peuvent être quelque peu atténués.  

  • Moins, c’est plus

Pour faire ses bagages de la manière la plus détendue possible, mais aussi pour faire quelque chose de bien pour l’environnement, on peut renoncer aux bagages inutiles. Après tout, chaque kilo supplémentaire à bord d’un avion entraîne une augmentation de la consommation de carburant. Dans la mesure du possible, vous pouvez même faire tenir le strict nécessaire dans votre bagage à main. Dans ce cas, vous pouvez non seulement être sûr d’avoir un impact moindre sur l’environnement. De plus, un voyage sans valise en soute est généralement plus détendu. 

  • Voler avec la bonne compagnie aérienne

Même en matière de pollution, il faut savoir que toutes les compagnies aériennes ne se valent pas. Bien au contraire. Le choix du type d’avion peut notamment avoir une influence considérable sur la quantité de carburant rejetée dans l’atmosphère. En conséquence, certaines compagnies aériennes, bien qu’ayant le même itinéraire, présentent parfois des différences notables en termes d’impact environnemental. En règle générale, ce sont les avions plus récents qui misent sur des moteurs plus efficaces et qui consomment donc moins de kérosène au kilomètre. Mais le type d’avion en lui-même n’est pas le seul à jouer un rôle important : la disposition des sièges à l’intérieur de l’appareil est également déterminante. Même si cela est plus confortable, un grand espace pour les jambes signifie toujours une émission de CO₂ plus élevée par passager.

Faut-il renoncer à prendre l’avion pour le bien de l’environnement ?

Les conséquences négatives sur l’environnement peuvent rapidement faire perdre l’envie de prendre l’avion. Mais faut-il pour autant renoncer aux voyages en avion ? Il n’est pas forcément nécessaire de renoncer à prendre l’avion. Toutefois, rien n’empêche de se restreindre un peu. Après tout, pour le bien de l’environnement, on prend volontiers le vélo pour aller à la boulangerie du coin au lieu de prendre la voiture. Une réflexion similaire ne peut pas non plus faire de mal lorsqu’il s’agit de prendre l’avion. Il est préférable de renoncer aux vols sur une courte distance si l’on n’est pas pressé par le temps. Dans ce cas, le train est définitivement l’alternative la plus écologique. En revanche, pour les voyages longue distance, l’avion n’a pratiquement pas d’alternative. Il est tout de même possible de compenser au maximum son impact sur la planète. 

Les vols directs sont-ils plus écologiques ?

Ceux qui souhaitent planifier leur itinéraire de manière moins polluante devraient, dans la mesure du possible, opter pour des vols directs ou sans escale. La raison en est évidente. Pour accélérer un avion de plusieurs tonnes jusqu’à la vitesse de décollage, de nombreux litres de kérosène sont brûlés. Il en va de même pour le freinage à l’atterrissage. Par conséquent, ce sont ces deux processus qui représentent la plus grande consommation de carburant en vol. En prenant un vol direct, on les minimise donc.

Quand les vols deviendront-ils écologiques ?

Le grand succès de l’électromobilité dans le domaine de l’automobile et de la bicyclette n’a évidemment pas échappé à l’industrie aéronautique. C’est pourquoi on cherche actuellement des alternatives écologiques au moteur à combustion pour les avions. Les idées sont nombreuses. Ainsi, des scientifiques ont déjà développé des moteurs puissants basés sur l’hydrogène ou la technologie électrique. L’utilisation de kérosène synthétique ou même de biocarburant est également envisageable. Ces derniers devraient être utilisés comme technologie de transition. En effet, si l’on en croit le ministère fédéral de l’Environnement, tous les réservoirs des avions devront être remplis dès 2030 avec au moins deux pour cent de kérosène alternatif écologique.

Vol-ecologique: Voler en respectant l’environnement – nos conseils

Prendre l’avion ne doit pas nécessairement être un péché contre l’environnement. Il existe des possibilités de limiter un peu l’influence négative sur l’effet de serre. Nous avons listé pour vous les quatre moyens les plus importants.

1) Voyager en classe économique

Nous savons qu’il est inconfortable de voyager en classe économique. Alors que vos genoux s’appuient sur le siège devant vous et que vous ressentez des douleurs, vous devez vous rappeler que vous n’avez pas seulement économisé de l’argent en choisissant votre siège. Votre impact sur l’environnement est également moindre comparé à celui des autres passagers de la classe affaires ou de la première classe.

2. Compenser son empreinte carbone

Un autre moyen de minimiser un peu l’empreinte écologique malgré le voyage en avion est la compensation du CO₂. Il existe désormais de nombreuses possibilités passionnantes de minimiser les effets négatifs d’un voyage en avion en faisant des dons à des projets de protection de l’environnement dans le monde entier. Ainsi, il est possible de voyager en avion en ayant la conscience un peu plus tranquille. 

3) N’emporter que le strict minimum

Le poids de l’avion et des passagers n’est pas le seul responsable de l’énorme consommation de kérosène d’un avion. Bien entendu, les bagages pèsent aussi très lourd. En réduisant le poids à bord, vous réduisez également la consommation de carburant. Une check-list établie à l’avance de tout ce dont vous aurez réellement besoin en vacances peut vous aider à en emporter le moins possible. Le bagage à main peut même suffire.

4) Choisir la bonne compagnie aérienne

Ne vous contentez pas de vous renseigner à l’avance sur la compagnie aérienne qui propose les billets les moins chers. D’autres faits sont également importants si vous souhaitez agir activement contre l’impact environnemental de votre voyage. Quel est le modèle de l’avion ? Combien de passagers peuvent y prendre place ? Ces questions et d’autres peuvent vous aider à déterminer l’impact environnemental réel de votre voyage. 

Comment Flightright peut-il vous aider ?

Vous êtes bloqué à l’aéroport à cause d’un retard de vol de plus de 3 heures ? Votre vol a été annulé ou vous avez été retiré de la liste des passagers ? Dans chacune de ces situations, vous avez droit à une indemnisation en tant que passager aérien.

Selon le règlement européen sur les droits des passagers aériens, les passagers ont droit à une indemnisation en cas de retard, d’annulation, de surbooking ou de correspondance manquée. Cette indemnisation est indépendante du prix du billet. Flightright, fait valoir vos droits pour vous. Si nécessaire, même devant le tribunal.

Conseil : Flightright vous aide à faire valoir vos droits de passager aérien ! Avec nous, vous pouvez vérifier gratuitement vos droits en deux minutes. ✔️Simple, ✔️rapide & ✔️sans risques

En tant qu’experts en matière de droits des passagers aériens, nous faisons valoir votre droit à l’indemnisation auprès de la compagnie aérienne !

En tant que portail de consommateurs leader sur le marché, Flightright se bat pour faire valoir les droits des passagers aériens. Nous défendons vos droits en cas de retard de vol, d’annulation ou de refus d’embarquement et nous nous référons au règlement 261/2004 de l’Union européenne relatif aux droits des passagers aériens.

 

Retour en haut