Connu par :
  Tel: +33 (0)9 75 18 36 77

Top 7 des excuses des compagnies aériennes pour ne pas indemniser

En cas de retard ou d’annulation de vol, la réglementation européenne prévoit que les passagers peuvent recevoir une indemnité. Ils disposent alors de 5 ans pour faire valoir leurs droits. Malheureusement, certaines compagnies aériennes font la sourde oreille lorsque les passagers réclament eux-mêmes leur indemnisation. Le cas échéant, il arrive que les demandes soient écartées sous couvert de prétextes discutables. Chez Flightright, nous offrons aux passagers la possibilité de se faire assister pour traiter d’égal à égal avec les compagnies aériennes. Nous avons listé les sept principaux arguments rencontrés :

le personnel aérien discute avec les passagers

1. Le retard est “insuffisant”

Souvent, les compagnies aériennes minimisent le retard. En effet, si le retard est inférieur à trois heures, vous n’avez droit à aucune indemnisation. Or, il est difficile pour les passagers de connaître la durée exacte du retard. Les mêmes difficultés surviennent lorsque la compagnie invoque les conditions météorologiques. Flightright dispose d’une base de données comportant des informations très complètes et variées sur les horaires de vol, les grèves et événements extraordinaires, la météo, la jurisprudence, etc.

2. Les raisons du retard sont “dissimulées”

Partant du principe qu’il est dans leur intérêt de ne pas donner trop de précisions aux passagers, certaines compagnies aériennes se plaisent à les laisser dans l’ignorance de la cause réelle du retard ou de l’annulation de leur vol. Il arrive que le personnel au sol ne soit pas non plus informé de la véritable raison. De plus, il n’est pas rare que des compagnies aériennes démentent a posteriori la survenance d’un problème technique et pour invoquer une autre raison, les défaillances techniques obligeant les compagnies à verser jusqu’à 600 € par passager. Il s'avère donc utile de vérifier vos droits et d’essayer de les faire valoir, même si vous ne connaissez pas la cause du retard.

3. De modestes avoirs au lieu de l’indemnité légale

Les compagnies proposent régulièrement d’indemniser les passagers sous forme d’avoir ou en points “fidélité” (les “miles”). Satisfaits de ce geste commercial, leurs clients ne sont pas toujours conscients de leurs droits, ni du fait que le montant est souvent minime par rapport à ceux auxquels ils pourraient prétendre en vertu du règlement européen n°261/2004.

une femme du personnel aérien présente un avoir

4. Des informations erronées

Beaucoup de passagers ne connaissent pas ou connaissent peu leurs droits en cas de retard ou d’annulation de vol, et les compagnies aériennes manquent parfois à leur devoir d’information à ce sujet. Il leur arrive même d’invoquer des circonstances extraordinaires ou toute autre raison leur permettant de se libérer de leur obligation d’indemniser les passagers. L’un de leurs subterfuges consiste à prétendre que le vol précédent a été victime de mauvaises conditions météorologiques. Or, ces dernières font partie des quelques circonstances extraordinaires qui exonèrent les compagnies de leur obligation de verser des indemnités. D’autres encore donneraient de faux renseignements. Par exemple, les enfants et les mineurs n’auraient droit à aucune indemnité, bien qu’ils soient en possession d’un billet payé... Or, les enfants peuvent être indemnisés au même titre que les adultes !

un homme croise les doigts derrière son dos

5. Intimidation face aux procédures judiciaires

Certaines compagnies aériennes ne répondent qu'à partir du moment où les clients ou leurs mandataires, tels que Flightright, les assignent en justice. Pourquoi ? Elles espèrent que les clients renoncent à les poursuivre en justice du fait du coût de la procédure. Flightright assume seul le risque financier des procès pour ses clients et a permis à ses clients d’obtenir gain de cause dans plus de 99 % des procédures.

6. Service client injoignable

Avez-vous déjà essayé de contacter le service client d’une compagnie aérienne ? Il s’agit parfois d’un véritable parcours du combattant. Les coordonnées ne sont généralement repérées qu’au terme d’une recherche laborieuse sur Internet. Les passagers sont perdus, ne sachant pas à qui adresser leur réclamation, ou lorsqu’ils y parviennent, ne sont pas assurés de recevoir une réponse. Certaines compagnies ne répondent pas, d’autres mettent beaucoup de temps, les clients finissent par renoncer. Flightright dispose d’interlocuteurs privilégiés parmi les diverses compagnies aériennes et a déjà réussi à obtenir réparation auprès de plus de 300 compagnies.

7. La barrière de la bureaucratique

Quelques compagnies exigent certaines formalités administratives. Elles demandent aux passagers de remplir des formulaires généralement longs et compliqués, qui n’ont d’autre utilité que de dissuader les clients. Chez Flightright, il vous suffit d’indiquer votre nom, votre numéro de vol et la date du départ pour que l’on puisse vérifier rapidement si vous pouvez prétendre à une indemnité et ouvrir votre dossier afin de la réclamer.

Vous sentez-vous impuissant face à une compagnie aérienne ? Flightright vous aide à faire valoir votre droit à indemnisation prévu par le Règlement européen n°261/2004 et vous accompagne tout au long du procès sans que vous n’ayez aucune démarche contraignante à accomplir… ni un seul euro à débourser !

Peut-être vos amis ont-ils également le droit à une compensation ? Partagez cet article !

Envie de réclamer votre indemnisation ?

Obtenez votre indemnité maintenant
Vol retardé, annulé ou surbooké ?
Nous récupérons votre indemnité
  • Obtenez entre 250 € et 600 € par personne
  • Sans investissement, sans perte de temps
  • Avec un réseau international d'experts à votre service
Vérifiez en 2 minutes
  • Obtenez entre 250 € et 600 € par personne
  • Sans investissement, sans perte de temps
  • Avec un réseau international d'experts à votre service